La guerre des vaccins – Les concepts de sécurité économique en lien avec le Covid19

 

De nombreux concepts peuvent tous être calqués et comparés au monde de l’entreprise et de la sécurité économique vers la pandémie de Covid19. C’est ainsi qu’apparaissent de nombreux concepts qui n’apparaissaient pas, ou peu, lors des anciennes pandémies bien plus meurtrières. Aussi cet article se penchera sur cinq d’entre eux avec un dernier en ouverture. Chacun des concepts fera l’objet de quelques lignes sur son application générale et ensuite viendra une théorisation appliquée au Covid19. Voici les concepts de sécurité économiques abordés : L’abonnement, l’incompatibilité, l’obsolescence programmée, le monopole et la perception de la réalité. En ouverture, nous aborderons l’idée d’opportunités cross-selling.

Les abonnements : Le business par l’abonnement est un modèle qui existe depuis très longtemps. Cela permet de fidéliser le client très rapidement ce qui permet une tranquillité des deux parties, acheteur et vendeur. L’abonnement permet aussi d’obtenir une trésorerie à l’avance ainsi que d’avoir une vision plus globale des stocks présents et à venir. Couplé à une vente en série d’un produit donné (journaux, nouveaux films sur Netflix/Amazon Prime) cet outil rend l’entreprise plus sereine.

Les abonnements et le Covid19 : Le Covid19 n’échappe pas aux abonnements voire même au concept de « pass rechargeable ». Le concept d’abonnement lié aux vaccins est apparu lorsque la pression médiatique s’intensifia lors de l’été 2021 et en même temps, lorsque le prix du vaccin Pfizer augmenta de 25%.[1] Le parallèle avec une entreprise lambda et une vision plus globale des stocks ainsi qu’une trésorerie garantie est en passe de devenir séquent.

Un des exemples les plus flagrants est celui d’Israël. En Terre Sainte, ils vaccinent et sur vaccinent face aux multiples variantes de la souche du virus. C’est dans ce contexte que Salman Zarka[2] annonce dans une interview au Times of Israel le 4 septembre 2021 : « Il faut se préparer à l’administration d’une quatrième dose. Tous les cinq ou six mois, nous aurons besoin d’une nouvelle injection. Cela va être notre vie à partir de maintenant. »[3] La troisième dose a déjà été injectée à plus de 2,5 millions d’israéliens. Le passeport sanitaire dans ce pays est désormais valide uniquement pour les tertio vaccinés. Les secundo vaccinés sont désormais considérés comme des non-vaccinés.

Sans analyse aussi détaillée, quoi qu’encore superficielle, nous avons juste à jeter un coup d’œil au passeport sanitaire catalan. Les zones disponibles à remplir avec le cachet du centre de vaccination sont nombreuses. Le passeport sanitaire catalan permet un cycle vaccinal jusqu’à huit doses sur une même feuille. Une lecture peut aussi être prise ainsi ; tant de cases vides permet de conditionner psychologiquement la personne à obtenir sa huitième dose, ou peut-être même, l’encourage ? L’humain détestant le vide, inconsciemment, le cerveau désirerait porter à succès cette liste de cachets et de signatures, tel un jeu vidéo avec des niveaux à passer.

L’obsolescence programmée : Limiter la durée de vie et programmer la mort d’un même produit est la stratégie dite de l’obsolescence programmée. Elle apparait avec la production en série et la société de consommation à outrance. Le premier cas d’obsolescence programmé est le Cartel Phoebus.[4] Pour que ce système soit efficace, il faut un nombre très limité d’acteurs afin de créer un oligopole.[5]

En 1932, un promoteur américain nommé Bernard London écrit un livre, The new prosperity. Au chapitre « Ending the depression through planned obsolescence », l’auteur théorise pour la première fois l’obsolescence programmée.[6] La consommation des ménages est en berne en pleine crise financière. Le chômage n’a jamais été aussi haut et l’avenir est incertain. La conséquence est que le taux de renouvellement des équipements diminue significativement. Toutes les conditions sont présentes afin de créer une obsolescence programmée. Bernard London écrit noir sur blanc que la condition « sine qua none » pour ce que principe de sécurité économique puisse fonctionner, est que cela soit légal et assuré par le gouvernement.

L’obsolescence programmée et le Covid19 : Production en série et société de consommation de vaccins, la pandémie de Covid19 accueille le concept l’obsolescence programmée, espérons-le, malgré-elle.

Il est intéressant de comparer les discours. Au fur et à mesure que les vaccins se vulgarisaient dans la société, les responsables politiques et pharmaceutiques nous annonçaient une couverture vaccinale de plus en plus grande. Il y a une corrélation directe entre le nombre de vaccins disponibles sur le marché mondial et l’envie d’une couverture vaccinale totale, comme si les deux s’entrainaient l’un l’autre.

  • 27/12/2020 : 3,57 millions de vaccins disponibles, vaccination +75ans
  • 24/01/2021 : 42,93 millions de vaccins disponibles, vaccination +50ans
  • 01/05/2021 : 601 millions de vaccins disponibles, vaccination possible pour les adultes
  • 15/05/2021 : 691 millions de vaccins disponibles, vaccination +12ans
  • 12/07/2021 : 1 000,99 millions de vaccins disponibles, discours du président E. Macron, obligation vaccinale

Début février, il est affirmé par l’Alliance Vaccinale, une ONG qui promeut les intérêts de la vaccination contre le Covid19, que le vaccin, même avec peu d’efficacité est extrêmement utile.[7] Plusieurs mois plus tard, le patron de Pfizer admet lui-même sur la chaîne CNBC qu’il faudra surement une troisième dose de son vaccin car la baisse d’efficacité est de 84% après 6 mois.[8] Bien évidemment, une entreprise lambda ne pourrait jamais tenir un discours comme cela. Le modèle économique des laboratoires ne se pose pas sur la qualité du produit, des ONG reconnus font même l’éloge d’un produit médiocre. Le modèle économique est protégé par l’obligation de consommation d’un certain type de produit qu’il faut renouveler. Le passeport sanitaire issu par un État avec le nom de l’entreprise sponsor adossé devient alors un ticket de caisse pour la comptabilité de cet l’État et une preuve de consommation pour l’individuel.

Qu’avons-nous aujourd’hui ? Des taux de chômages extrêmement hauts, un avenir incertain et une consommation des ménages qui peine à augmenter… les trois grands principes théorisés pour initier le concept d’obsolescence programmée issu de son livre The new prosperity. La dernière condition est un oligopole, ce que nous avons en France avec quatre vaccins disponibles et farouchement protégés. Le taux de renouvellement des vaccins contre le Covid19 doit être constant afin d’assurer une prospérité au modèle économique. Le concept est légal et est assuré par le gouvernement à travers une obligation de consommation contraignante.

L’incompatibilité : En termes d’incompatibilité, rien n’est mieux que de prendre l’exemple des entreprises de télécoms. La République de Serbie et la Macédoine du Nord ont été le même pays pendant plus de soixante-dix ans, la Yougoslavie. Aujourd’hui, les deux pays ont signé des partenariats stratégiques avec la multinationale autrichienne A1. Une carte SIM achetée à Belgrade n’aura aucun accès privilégié au réseaux macédonien pour des services de 3G ou bien de messagerie. Le modèle est préservé grâce à l’incompatibilité artificielle des réseaux d’une même entreprise, et cela bien que le poids et la fréquence des ondes restent les mêmes car le matérielle est issue de la même entreprise. Il est à noter que l’entreprise Vodafone impose le même modèle Une carte SIM Vodafone espagnole n’aura aucun accès privilégié sur les réseaux de la même entreprise sur le territoire jordanien.[9]

L’incompatibilité et le Covid19 : Aujourd’hui, la frontière est hermétique et elle s’effectue au niveau de la prise de sang. Une personne vaccinée au Pfizer en Europe a son passeport sanitaire. Cependant, aux yeux de certains pays, cette personne n’est pas vaccinée. Un ressortissant espagnol vacciné au Pfizer devra donc effectuer une quatorzaine en hôtel s’il désire aller en Chine ou bien en Russie. Par contre, une personne qui aurait le Sino Vac ou le Sino Pharm n’aurait besoin que d’un simple test PCR si cette dernière désire aller en Chine. C’est aussi une manière de protéger son industrie.

Protéger son industrie et ses canaux d’acheminements, la Serbie l’a bien compris. Les serbes vaccinés au Spoutnik V subissent une discrimination encore plus détaillée. Uniquement les serbes et les étrangers résidants en Serbie vaccinés aux Spoutnik V sur le territoire serbe peuvent revenir sur le territoire serbe sans test PCR. Les russes par exemple, ou les hongrois, vaccinés aux Spoutnik V doivent présenter un test PCR afin d’entrer en Serbie. Les recettes des vaccins sont les mêmes mais les réseaux d’importation sont différents. Depuis peu la Serbie a eu l’autorisation de produire du Spoutnik V, c’est l’Institut Torlak de Belgrade qui s’en charge.

En Angleterre et en Union Européenne, la protection des chemins d’acheminement est stricte. Si les anglais désirent se faire vacciner à l’Astra Zeneca, alors ils doivent impérativement se faire vacciner avec une dose qui provient de l’UE ou bien de Grand Bretagne. Si la dose vient d’Inde, pays qui produit plus de 60% des vaccins mondiaux, alors le passeport sanitaire européen ne sera pas délivré.

Cela rend les individus « sous contrat » avec une entreprise pharmaceutique. Les pays et les continents deviennent des espaces de marchés concurrents et les individus doivent choisir avec quelle marque ils vont être affiliées car cela leur donnera certains droits quelque part, et des interdictions formelles dans d’autres endroits du monde.

Le monopole (duopole ou trio pole) : Lorsque l’on parle de monopole, nous pensons très rapidement aux entreprises de téléphonie mobiles. Il est vrai que ce sont des exemples pratiques, facile à comprendre et plus que jamais encore d’actualité.[10] Un monopole est un marché conquis par une seule entreprise. Un oligopole apparaît lorsqu’un petit groupe d’entreprises se partage un certain marché.[11]

Ce qui peut apparaître comme un monopole de la part d’entreprise ou d’États en lien avec la crise du Covid19 : Le monopole en temps de Covid19 passe par l’obligation vaccinale, ce qui ne laisse pas le choix aux populations de consommer. Cette obligation vaccinale n’est pas universelle, dans beaucoup de pays, uniquement une poignée de vaccins sont disponibles. Le passeport sanitaire ne pousse pas à la vaccination mais impose certaines vaccinations, cela protège l’oligopole[12] du complexe vaccinal européen.

L’obligation vaccinale en Nouvelle Calédonie a été adopté. « La Nouvelle-Calédonie est le quatrième pays au monde à instaurer l’obligation vaccinale » a déclaré le porte-parole du gouvernement, Roch Wamytan.[13] Pfizer et Moderna sont disponibles sur l’île mais pas les autres. Ce qui rend la situation pour ces deux entreprises précitées en situation de duopole. Louis Mapou, président du parti Kakak Indépendantiste semble avoir offert à deux entreprises un marché de quasiment 290 000 personnes avec une obligation de consommation.

En juillet s’est instauré un pass sanitaire à Moscou sur les ordres du maire de la ville, Monsieur Sobianine. Conformément à la stratégie russe concernant les vaccins, seul le vaccin Spoutnik V est autorisé, dans l’éventualité d’une obtention du passeport vaccinal russe. Cela émane d’un monopole en ce qui concerne les investissements envers les grandes entreprises pharmaceutiques russes. C’est la grande banque russe Sberbank[14] qui est derrière nombre d’usines de vaccins au pays des Tsars. Le pass sanitaire moscovite a été une façon de faire consommer à la population un certain type de produit, en l’occurrence, le vaccin Spoutnik V.

En France, on dit qu’il y a un grand panel de vaccins. Où sont les trois vaccins russes[15] ou les quatre vaccins cubains ?[16] Ils n’apparaitront probablement jamais sur le sol français.

Des vaccins en France, il n’y en a que quatre, qui sont farouchement protégés par le système d’incompatibilité. Cela crée un oligopole à quatre. Le système d’incompatibilité est poussé à son paroxysme avec les français de l’étranger. Ces citoyens établis hors de France qui sont peut-être vaccinés au Spoutnik V ou au Sinopharm par exemple, doivent absolument recevoir une dose d’ARN. Cette décision a été validée, notamment par des députés des Français de l’étranger, étant censés protéger ces derniers.[17] Le monopole par l’obligation de consommation est protégé avec l’imposition « d’au moins une dose ARN » d’un « vaccin homologué par l’UE » pour les français de l’étranger dans l’obtention d’un passeport vaccinal européen.

La perception de la réalité : Il y a plusieurs manières d’appréhender la perception de la réalité. Je vais, dans cet article, donner un exemple qui n’est pas du ressort de l’économie mais uniquement de l’influence. C’est l’affaire de la fake news du SIDA inventé à Fort Detrick[18] dans le cadre de l’opération Infektion par le KGB. Le processus de désinformation se nomme « mesures actives » qui englobe l’enlèvement, la contrefaçon et la désinformation. En 1983 un article sur le journal indien The Patirot « Aids may invade India ». Le choix d’un pays du tiers monde n’est pas innocent. Il faut moins d’organisation, moins de contrepartie et moins de réseaux pour corrompre les journalistes. Il est ensuite plus compliqué pour des enquêteurs, même professionnels, de faire toute la lumière dans ce type de pays.[19] Le KGB n’a pas rebondi sur cet article jusqu’en 1985 où l’article indien est repris dans le journal moscovite Vie Internationale. Le titre de l’article ne laisse aucun doute : « Panique à l’ouest, qu’est ce qui se cache derrière le choc du SIDA ».[20] L’histoire est répétée mais la distance est prise grâce à une source rédigée en anglais dans un pays non communiste.[21] L’étape suivante consiste à utiliser une voix d’autorité afin d’écrire un rapport scientifique, ce sera le Dr. Jacob Segal d’Allemagne de l’Est. L’URSS a fait en sorte que le rapport soit lu par des journalistes partout en Afrique et le rapport sera ensuite repris par plus de deux cents journaux de par le monde.[22] C’est ainsi que le 30 mars 1987 l’information est traitée sur les télévisions nationales américaines. Le département d’État des États-Unis d’Amérique a même dû organiser une conférence de presse afin de clarifier les choses. C’est un succès retentissant pour le KGB et sa méthode de travail

La perception de la réalité sous le Covid19 : Le président Emmanuel Macron l’a répété, « nous sommes en guerre ».[23] Être en guerre implique de comprendre deux idées. L’une a été théorisée par le Général Patton de l’armée américaine opérant notamment en Sicile lors de la seconde guerre mondiale. Ce dernier affirma « qu’en temps de guerre la vérité doit être ensevelie sous une montagne de mensonges ».[24] Ensuite, en temps de guerre, chacun a son propre agenda afin de sauver sa vie et celle de ses proches. Il n’y a donc pas de vérité ni de mensonge mais une décision d’accepter une situation donnée afin de pouvoir franchir une étape vers la salvation.

C’est ainsi que nous avons la même perception de la réalité chaque jour sur l’immense majorité des antennes de l’hexagone. Ce mensonge, par omission ou bien par manque de recherche cache le fait que Pfizer n’a jamais eu et n’a toujours pas d’autorisation de production sur le marché français. C’est le concurrent BioNTech qui l’a reçu et Pfizer s’est donc associé à ce dernier.[25] Pfizer continue pourtant de proposer ses vaccins, en situation de monopole dans beaucoup de pays d’Europe. Même le site des affaires étrangères français utilise uniquement l’appellation « Pfizer » dans ses recommandations de voyages.[26]

Un autre exemple de perception de la réalité nous vient de la Fédération de Russie. A travers ses outils de doctrine médiatique, la Russie poussent et sur joue la carte de la défiance envers des gouvernements, notamment occidentaux. Cela a pris de l’ampleur en France avec les gilets jaunes et s’est confirmé avec le Covid19. L’obligation vaccinale française a été largement commentée, ce qui est en soit normal. Cependant, aucun article en vue concernant le passeport sanitaire moscovite. Ce n’est pas une affirmation, peut-être existe il des articles déréférencés ou bien caché dans la page du site web. Cependant, au moment du pass sanitaire moscovite, ce sont des articles sur ces diplomates estoniens et ukrainiens arrêtés, qui aurait été des espions, qui furent mis en avant. Dans un monde où une information chasse l’autre, si l’on ne voit pas d’obligation vaccinale à Moscou en image, c’est qu’elle n’existe pas.

Ouverture :

Il faut noter que le vaccin de l’entreprise vendéenne Valneva est interdit en France.[27] Selon Le Figaro, se faire vacciner est un acte de patriotisme. Il est intéressant de constater que les vaccins disponibles émanent tous du monde protestant anglo-saxon.[28] [29] Quelle est donc la vision de ce patriotisme, une vision europeo-américaine, une vision otannienne de la Chose patriote ? Le gouvernement du Royaume-Uni a d’ailleurs a envoyé à la mi-septembre 2021 un avis de résiliation envers l’entreprise Valneva. Une affaire à suivre.[30]

Le sujet de la perception économique de la pandémie de Covid19 pourrait faire l’objet de nombreux papiers bien plus détaillés et apporter de nombreux autres concepts de protection économique voire même, effectuer des hypothèses. Nous pouvons évoquer les sujets des financements d’élections par des entreprises pharmaceutiques, ce qui est déjà arrivé dans un passé récent.[31] [32] La pandémie de Covid19 a vu l’avènement sans limite du digital, ce qui amène à évoquer le concept d’opportunités cross-selling. Imaginez, vous êtes attablé à la terrasse d’un café. Vous voulez seulement un cappuccino de taille normale mais le serveur vous propose, pour deux euros de plus, un muffin couplé avec la même boisson en taille XL. Voici le concept d’opportunité cross-selling. C’est le fait de proposer au client un produit complémentaire ou mieux que ses besoins. Il est admis que cette pratique représente 30% du chiffre d’affaires du e-commerce. Il est déjà apparu aux États-Unis une « offre » se consistant d’une vaccination et d’un repas de restauration rapide type fast food gratuit.[33] C’est un exemple d’une sorte d’opportunité cross-selling, cependant, nous devons attendre des exemples plus explicites et entièrement liés à la médecine afin de les étudier avec plus de sérieux.

 

En conclusion, nous voyons que la pandémie de Covid19 s’est conceptualisée, s’est politisée et s’est laissée appropriée par l’État, l’entreprise et l’individuel. Le résultat de ce concept est le passeport sanitaire qui est la première expérience de crédit social dans le monde démocratique. Il punit les dissidents et récompense les obéissants. C’est le même système des autocollants verts et rouges en maternelle. Les obéissants ne sont que des dissidents en puissances s’ils décident d’interrompre leur cycle vaccinal qui pourrait être[34], sans contestations de quiconque, infini. C’est une sorte de crédit social à la chinoise. Friedrich Hayek a dit que l’imposture de la privation par l’État a toujours servit de privation à la liberté. Le fait que les États rognent sur les libertés au nom de la sécurité est pour ainsi dire, vieux comme le monde. Les techniques utilisées aujourd’hui représente l’apothéose d’un système de consommation qui est vouée à perdurer quoi qu’il advienne.

 

Louis LEVEQUE est ancien étudient du MGIMO (Institut des Relations Internationales) de Moscou en diplomatie énergétique, sur le point d’être diplômé en Sécurité Économique à l’IAE de Poitiers.  Après un passage à la chambre de commerce d’Andalousie en charge des pays russophones, Louis prépare désormais un ouvrage sur la Russie. Titre à paraître prochainement.

 

Bibliographie :

Laidi, A. (2020). Histoire mondiale de la guerre économique (Tempus) (French Edition). TEMPUS PERRIN.

Rid, T. (2020). Active Measures : The Secret History of Disinformation and Political Warfare (Illustrated éd.). Farrar, Straus and Giroux.

[1] (19,90€ – 15,90€) / 15,90€ = 0,25

[2] Le responsable de la lutte contre le coronavirus en Israël.

[3] Times of Israel. (2021, 4 septembre). Virus czar calls to begin readying for eventual 4th vaccine dose

[4] Osram d’Allemagne, aujourd’hui autrichien sous Ams AG. Philips des Pays-Bas. Tungsram de Hongrie, aujourd’hui américain sous General Electric. Associated Electrical Industries d’Angleterre. La Compagnie des Lampes de France. Tokyo electric du Japon. et General Electric des États-Unis. La plupart des entreprises pré-citées étaient déjà des filiales de l’Americain General Electic.

[5] Krajewski, M. (2021, 24 juin). The Great Lightbulb Conspiracy. IEEE Spectrum.

[6] Latouche, S. (2014). Bernard London ou l’enfer des bonnes intentions. Revue du MAUSS, 44, 50-52.

[7] Why even a low efficacy COVID-19 vaccine could still be extremely useful. (2021, 5 février). Gavi, the Vaccine Alliance.

[8] Stankiewicz, K. (2021, 28 juillet). Pfizer’s CEO says Covid vaccine effectiveness drops to 84% after six months. CNBC.

[9] Vodafone n’est pas présent au travers de filiales dans ces deux pays.

[10] Encore aujourd’hui, une grande partie du territoire américain n’est couvert que par une seule ou deux entreprises de téléphonie mobile. C’est un monopole ou bien un duopole.

[11] Ce fut le cas pendant longtemps d’Airbus et de Boeing pour la vente d’avions.

[12] Un oligopole apparaît lorsqu’un petit groupe d’entreprises se partage un certain marché.

[13] LEXPRESS.fr. (2021, 11 septembre). Covid-19 : trois questions sur la vaccination obligatoire en Nouvelle Calédonie. LExpress.fr. https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/covid-19-trois-questions-sur-la-vaccination-obligatoire-en-nouvelle-caledonie_2157759.html

[14] La banque Sberbank est à 50% + 1 part contrôlée par l’État russe.

[15] Spoutnik V ou Gam Covid Vac de l’institut moscovite Gamaleya. Epi Vac Corona des laboratoires sibériens Vektor. Covi Vac de l’institut Moscovite Chumakov.

[16] Soberana 1, Soberana 2, Mambisa et Abdala. Soberana veut dire “souverain” en espagnol. Cela renvoi à la condition de solitude extrême que vit un État lorsqu’il est en guerre ; il ne peut compter que sur lui-même.

[17] Berthiot, V. (2021, 21 juillet). Ma position sur l’extension du passe sanitaire. Anne Genetet. https://annegenetet.fr/ma-position-sur-lextension-du-passe-sanitaire/

[18] Laboratoire militaire de type P4, non loin de Baltimore.

[19] Oleg Koluchyn, grand penseur du KGB ayant fait défection aux États-Unis.

[20] Паника на западе, или что скрывается за сенсацией AIDS. (1985, 30 octobre). Международная жизнь.

[21] Алексеев, А. (2020, 13 juin). Синдром приобретенной дезинформации Как создавался и распространялся первый вирусный фейк. Коммерсант.ру.

[22] News18. (2020, 1 octobre). How Soviet Russia Used an Indian Newspaper to Spread Disinformation about AIDS Virus.

[23] Le Monde. (2020, 17 mars).  « Nous sommes en guerre » : le verbatim du discours d’Emmanuel Macron.

[24] Comment faire la guerre à la guerre ? | Idriss Aberkane | TEDxLiège. (2016, 2 mai). [Vidéo]. YouTube.

[25] European Medecines Agency. (2021, février). COVID-19 mRNA vaccine (nucleoside-modified) (Procedure No. EMEA/H/C/005735/0000).

[26] https://ru.ambafrance.org/Passe-sanitaire-Delivrance-d-un-QR-code-pour-les-Francais-de-l-etranger

[27] M.-H. (2021b, août 7). Vaccination : Valneva, un succès français. . . au Royaume-uni. AgoraVox. https://www.agoravox.tv/actualites/sante/article/vaccination-valneva-un-succes-90472

[28] L. (2021, 16 janvier). Se faire vacciner ou ne pas se faire vacciner : qu’est-ce qui est le plus risqué ? LEFIGARO. https://www.lefigaro.fr/international/se-faire-vacciner-ou-ne-pas-se-faire-vacciner-qu-est-ce-qui-est-le-plus-risque-20210115

[29] Cela avance encore plus d’une idée de conflits entre l’Europe protestante qui abrite les lieux de pouvoir et l’Europe catholique qui doit suivre.

[30] Castillo, M. (2021, 13 septembre). Reino Unido suspende el contrato con Valneva y las acciones se desploman un 40%. Expansión.es

[31] Rédaction Europe1.fr avec AFP. (2016, 5 septembre). Cahuzac : « deux versements des laboratoires Pfizer » au profit du financement politique en 1993. Europe 1. https://www.europe1.fr/societe/cahuzac-deux-versements-des-laboratoires-pfizer-au-profit-du-financement-politique-en-1993-2838292

[32] Paillé, J., & Paillé, J. (2016, 9 septembre). Clinton et Pfizer : je t’aime moi non plus. La Tribune. https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/chimie-pharmacie/clinton-et-pfizer-je-t-aime-moi-non-plus-597912.html

[33] Beer, Doughnuts, $1 Million — How COVID-19 Vaccine Incentives Can Help the US Reach Herd Immunity. (2021, 17 mai). Global Citizen. https://www.globalcitizen.org/en/content/covid-19-vaccine-incentives-herd-immunity/

[34] En Israël, les secundo-vaccinés non plus accès au passeport sanitaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Please follow and like us: